Nous prenons l’option d’un Molokoi sur 2 jours pour prendre le temps de s’arrêter pour se baigner, observer, écouter… Tellement « zen » que nous n’avons pas forcément regardé nos heures de départ ou d’arrivée. Le timing n’était pas l’objectif !
Et nous avons été gâtés ! D’abord par la météo puisqu’il n’a plu le premier soir qu’après notre arrivée au carbet et le lendemain une toute petite bruine juste avant l’arrivée à Cacao. Surtout nous avons été gâtés par nos rencontres successives.

Départ donc du sentier du Molokoi samedi matin après avoir déposé un véhicule à Cacao. Rien de particulier si ce n’est le plaisir de la découverte pour Ludo et la retrouvaille du sentier pour les autres. C’est un peu boueux au départ mais sans trop compte tenu d’une saison des pluies particulièrement active. Stop baignade avant l’arrivée au Carbet. Nous apprécions. Petite soirée tranquille, les 3 carbets sont pleins, nous sommes très serrés mais tout le monde est à l’abri.

Le lendemain nous choisissons de poursuivre par la piste la cacaotienne, moins pratiquée par les randonneurs à priori, piste qui nous fait arriver sur les hauteurs de Cacao. Nous rencontrons assez vite un groupe de grands tinamous qui s’envolent à notre approche mais nous trouverons leur œuf au milieu du chemin, toujours au milieu un peu plus loin une tortue « platemyde à tête orange », puis, plus tard une grosse tortue denticulée, puis un papillon dont on dit qu’il serait le plus gros de Guyane mais sans certitude, et , en fin de parcours Christiane et Marion, en tête de marche ont pu voir un JAGUAR qui a rebroussé chemin en les voyant. Pour nous autres, nous nous sommes contentés des empreintes, et d’une crotte toute fraîche avec sol gratté comme le font les félins. Notre imagination à fait le reste et ce jaguar a alimenté notre conversation quasiment jusqu’à Cacao où nous avons pris la direction du restaurant pour la soupe.

Très beau week end.