Départ à l’heure (7 h) du « Renault minute », avec les trois 4×4 Land. Du macadam, et on attaque la piste Risquetout, remise à neuf récemment (ouf !), puis la piste se rétrécit au fur et à mesure…

Les premiers chablis à découper à la tronçonneuse… Le franchissement du pont sur la crique Balata au ralenti se fait en sécurité. Les ornières se creusent mais le terrain est heureusement à peu près sec. Le premier 4×4 se retrouve en équilibre avec une roue dans un trou… Il est retiré de cette mauvaise passe par le savoir-faire des conducteurs des autres 4×4.

Chablis, lianes à découper, cela prend du temps ! Finalement, après 30 km de piste, il est 11 h, temps d’attaquer la rando. Nos sacs, avec 3 L d’eau, le hamac, le casse-croûte, pèsent quand même ! 3 km nous attendent avec peu de dénivelé, mais des parties en plein soleil avec des fougères hautes de 2 m. On arrive au début du layon Léodate qui fait 11 km et nous mènera au camp du saut du même nom. Les montées et descentes s’enchaînent en passant par des fonds boueux. On y voit une superbe tortue « Hermann », colibris, morphos, chants de toucans et de hoccos. Deux participants sont contraints d’arrêter et de trouver une zone de bivouac en bordure d’une petite crique. La succession des forts dénivelés a eu raison d’eux et ils veulent surtout pouvoir faire un retour plus court le lendemain. Le reste du groupe, onze personnes, poursuit le layon et arrive enfin au carbet vers 17 h, après 7 h de marche soutenue.

Là nous attend le réconfort, baignade dans le Kourou au-dessus du saut, dans une eau transparente et avec la rencontre d’une loutre ! Le personnel du camp est super accueillant et un pot de bienvenue nous désaltère comme il faut.  Les hamacs sont fixés, le repas du soir nous attend avec une super convivialité. Une bonne nuit avec le fond sonore du saut Léodate, dendrobates et singes hurleurs…

Au petit matin réveil à 6 h 30, petit déjeuner copieux et c’est le départ dans l’autre sens pour retrouver les 4×4, à 14k m de là… Le groupe s’étale un peu compte tenu des différences de rythme. Le layon est quelque peu encombré de chablis, ce qui augmente d’années en années sa longueur… Mais la pancarte indique toujours 11 km. La rando retour aura duré 6 à 7 h selon le rythme des marcheurs. Le retour des 4×4 se fait sans encombre car la voie est libre, et connue.

Cette sortie fut une première, qui a nécessité quelques reconnaissances assez sportives en VTT/rando. Déjà l’idée du tracé d’un nouveau layon Léodate nous chatouille et ce sera surement l’objet d’une autre randonnée.