Au rendez-vous à 8h à Renault Minute de Collery, les 10 participants sont là dans 3 voitures surmontées des canoës et kayak. La pluie est aussi au RV. Direction Kourou puis Sinnamary en bifurquant avant à la route d’accès réglementée de Petit Saut. Pas de problème nous avons les autorisations. On dépose à 9 km du barrage, l’équipe de rando qui part avec un sac léger sur la piste forestière de la montagne Plomb. 12 km sont à parcourir dont un hors piste pour rejoindre la zone de bivouac en bordure du lac. La marche est facile et réalisée en 3h. Du coté de l’équipe canoë, c’est plus technique avec le chargement des embarcations et surtout ramer sur 12 km. Le premier tiers du parcours avec un vent favorable, puis face au vent….La récompense est à l’observation des oiseaux et plus particulièrement à un vol d’ Haras aux couleurs vives et aux cris rauques typiques.

Les 2 équipes se retrouvent au bivouac à 16h. Il est temps de monter les bâches et les hamacs. Un feu est également lancé. Une petite crique à proximité coule sur un lit de gravier et constitue la salle de bain. Le temps est au beau fixe et le repas du soir super grâce au risotto, aux anneaux d’encornets et à la rouille, de Laurence. Après les desserts et quelques palabres au coin du feu, la pluie s’invite et nous chasse tous dans nos hamacs vers 21h. La nuit fût très pluvieuse et au petit matin on fait les comptes….beaucoup de hamacs trempés, et surtout un petit arbre tenant une bâche et hamac s’est affaissée sans dommages corporels. Du coup après un bon petit déjeuner, on lance les ateliers pour conforter le camp….Vérification des bâches, construction d’un abris feu, mise en place d’une grande bâche pour la « salle à manger », construction d’une table basse pour les victuailles du réveillon qui s’annonce. Ce n’est pas du luxe car la pluie se maintient.

Après le repas de midi qui s’éternise agréablement en victuailles diverses et conversations, on décide une virée en canoé de 7 participants, pour rejoindre le lit de la crique Plomb à 1 km. Pierre, Claude et François restent au camp pour lancer le feu et c’est plutôt technique avec toute cette eau. On prépare aussi le réveillon. La crique en crue provoque 2 dessalages de canoës sans conséquence, ce qui ne refroidit pas l’ ardeur des courageux rameurs(ses). Dés leur retour, on inverse les rôles. Un canoë repart pour poser quelques lignes dormantes à aimara.

La soirée se présente dans des meilleures conditions, car bien à l’abri d’un temps maussade et en face d’un superbe feu. La succession des plats et grillades diverses nous amène doucement à l’heure du changement d’année… qui est fêté dignement. Bonne année 2018 avec plein de rando !!!…

Au petit matin, le temps est au beau fixe à nouveau et cela nous permet de ranger le matériel correctement. Le relevé des lignes au petit matin sous un soleil rasant, n’aura rien donné car la crique était en crue. Par contre au retour on aura la chance d’observer de prés 2 belles loutres, qui tout d’abord nagent et pêchent tout en nous faisant face avec leurs cris typiques, puis elles montent sur un tronc posé sur la rive pour manger leur poisson…..spectacle !

A 9h30 c’est le départ de l’équipe rando, suivi de l’équipe canoë qui a encore à charger les embarcations. Nous passerons par les vestiges de l’ancien bagne situé sur une zone dégagée en gravier. Le retour sera ensuite accompagné de l’aide du moteur pour ne pas faire trop attendre l’équipe rando. La rencontre s’effectue vers 15h au carbet de l’ONF. Retour à Cayenne vers 17h, tout le monde satisfait d’un super week-end qui fût une première pour GUYANETREK.

Pierre